Canada en liberté » Guide de voyage » Immensités naturelles » Le parc de l’Île-du-Prince-Edouard

Le parc de l’Île-du-Prince-Edouard

L’Île du Prince-Edouard… Un magnifique « berceau sur les vagues », comme la désignaient les Indiens Micmacs qui la peuplent encore en minorité. Cette île, dont la capitale est Charlottetown, est située à l’Est du Canada, entre la côte du Nouveau-Brunswick et le Golfe du Saint-Laurent. C’est aussi la plus petite région du Canada.

Maisons à Charlottetown, vue depuis Victoria Park

© Flickr – Martin Cathrae

Elle abrite, dans sa partie nord, un petit bijou de parc naturel de 27 km², le Parc National de l’Île-du-Prince-Edouard.

Venez faire un voyage nature entre dunes, falaises de grès rouge, plages de sable blanc, étangs et forêts…

Une région riche d’une longue histoire humaine…

C’est en 1937 que fut créé ce parc situé sur l’une des plus petites provinces canadiennes, l’Île du Prince-Edouard. L’histoire humaine des lieux remonte à au moins dix mille ans… C’est ce qu’ont dévoilé différentes campagnes de fouilles archéologiques.

Au moment où les Européens, dont Jacques Cartier, ont débarqué dans l’île en 1534, c’était le royaume des Indiens Micmacs. Des Français, puis des Acadiens fuyant la Nouvelle-Ecosse, et enfin des Britanniques qui déportèrent une partie de ces derniers, peuplèrent ensuite l’île.

Le parc, qui ne représente qu’une petite partie de l’île, est composé de 39% de forêts, de 37% de dunes et plages, de 15% de zones humides, de 8% de champs et 16% d’aménagements humains.

Différents secteurs pour des plaisirs variés !

Le parc se compose de trois zones distinctes : entre Cavendish et North Rustico, entre Brackley et Dalvay, et la zone de Greenwich.

La première est célèbre pour ses magnifiques plages de sable blanc et ses falaises de grès rouge. C’est aussi le berceau d’un roman célèbre au Canada, « Anne… La maison aux pignons verts », de Lucy Maud Montgomery. La ferme qui l’a inspirée pour écrire l’histoire de cette jeune héroïne rousse et dynamique se visite à Cavendish et est appelée Green Gables. Des kilomètres de sentiers s’offrent à la randonnée, sans parler du camping avec ses « tentes-chalets » oTENTik !

Ferme Green Gables, Parc de l'Île-du-Prince-Edouard

© Flickr – Barney Moss

La Partie Brackley-Dalvay offre aussi de magnifiques sentiers de randonnées, avec de beaux points de vue sur les dunes, les marais salés et la forêt. Un agréable réseau de sentiers pour les vélos sillonne l’île des Robinsons, adapté pour les grands sportifs comme pour les débutants. Une sublime plage de sable blanc vous attend à Brackley, mais aussi d’autres plus petites et moins peuplées !

Plage de Brackley, Parc de l'Île-du-Prince-Edouard

©Tourism PEI / Stephen Harris

Enfin, Greenwich est une pointe offerte aux caresses et aux colères de la mer, qui sculpte en permanence de nouveaux reliefs. Cette partie est plus tranquille et offre de merveilleux paysages avec un passionnant centre d’interprétation.

Que faire au Parc de l’Île-du-Prince-Edouard ?

Randonnée, vélo, golf, faites du sport et aérez vos poumons sur cette île magnifique. Suivez la Promenade du Golfe, entre Cavendish et North Rustico, et rapportez une moisson de photos sublimes pour faire rêver vos amis ! Sur les plages de Cavendish ou de Brackley sont régulièrement organisées des formations à la sculpture sur sable. A vous l’art éphémère !

Le programme Xplorateurs quant à lui offre de nombreuses activités découvertes pour les enfants et les adolescents.

Ne manquez pas non plus les soirées feux de camps dans l’un des deux campings (Stanhope ou Cavendish), avec des chants et des histoires du temps passé…

Et bien sûr, baignez-vous dans les eaux réputées être les plus chaudes que l’on puisse trouver au nord des Carolines !